en ,

IVG : Tout savoir sur l’avortement en Tunisie

avortement tunisie

En Tunisie l’avortement est un tabou tout autant que l’éducation sexuelle. Aucune femme n’ose aborder le sujet pour peur de provoquer une tempête d’indignation dans son entourage. Pourtant plus de 17 000 cas d’avortement sont enregistrés chaque année en Tunisie. L’avortement est un choix et un droit, voici les informations dont vous avez besoin concernant l’IVG :

Une femme peut-elle recourir à une avortement en Tunisie ?

Oui, une femme peut bénéficiée d’une interruption volontaire de grossesse (IVG), mais sous certaines conditions. L’avortement est autorisé en Tunisie depuis 1972 en vertu de l’article 214 du code pénal, peut importe si la femme est mariée ou non.

Pour avorter, la femme doit être enceinte de moins de 3 mois, après cette date la loi interdit l’interruption de la grossesse sauf exception si la santé ou l’équilibre mental de la femme risque d’être corrompu par la continuation de la grossesse ou encore si l’enfant qui va naître risque de souffrir d’une maladie ou d’une infirmité. Dans ce cas, l’avortement peut se faire sous la présentation d’un rapport médical, prouvant ces éventuelles possibilités.

J’ai décidé d’avorter, par où commencer ?

Chaque femme a ses propres raisons pour ne pas enfanter, elle a le droit d’avoir le contrôle total de son corps sans être jugée pour ce fait. Afin d’avorter, vous avez le choix de vous rendre dans une clinique privée ou dans le centre de planning familial le plus proche de chez vous.

Le planning familial est un service public totalement gratuit, où le corps médical est entraîné et équipé pour pratiquer une IVG. Tout ce dont vous avez besoin pour en bénéficier, c’est une carte d’identité nationale.

À votre arrivée, vous serez accueillie par un gynécologue où il vous expliquera dans un premier temps tout ce que vous devez savoir sur l’avortement (effets secondaires, méthodes…). Il pratiquera par la suite les examens médicaux nécessaires (prise de sang, échographie) pour connaître l’âge de la grossesse. Ensuite, vous avez la possibilité si vous le voulez, de consulter une sage-femme et un psychologue afin qu’ils s’assurent que vous êtes convaincu de cet avortement.

Le médecin vous orientera selon votre situation et votre décision à la méthode d’avortement la plus adapté. La femme peut opter pour une IVG dans une clinique privée en Tunisie si elle le veut, l’intervention sera dans ce cas payant, mais dans le confort et l’intimité.

IVG médicamenteuse

L’IVG peut-être effectué par une prise de médicaments qui provoquera l’arrêt de la grossesse. L’avortement médicamenteux en Tunisie ne peut être pratiquée que dans un établissement de santé (centre de planning familial, hôpital ou clinique agrée). Cette méthode peut-être envisagée qu’avant 9 semaines d’aménorrhée depuis le dernier jour des dernières règles. Dépassé ce délai, l’avortement par médicaments diminue en efficacité, une IVG chirurgicale est alors plus valable. Dans ce type d’avortement, il faut prendre deux médicaments différents :

  • La mifépristone : pris par voie orale en présence d’une sage-femme ou un médecin, cet antihormone bloque l’action de la progestérone, entraîne des contractions et la dilatation du col-utérin.
  • Le misoprostol : 48 heures après la mifépristone, la patiente prend un deuxième médicament appelée le misoprostol pour favoriser les contractions et l’expulsion de l’oeuf. L’avortement se produit généralement entre 4h et 72h après la prise de ce médicament.

En savoir plus : ce que vous devez savoir sur les contractions de grossesse.

Les effets secondaires

L’IVG médicamenteuse, n’a aucun effet sur la fertilité de la femme et ne présente pas de risque pour sa santé. Elle provoque par contre quelques effets secondaires désagréables, différents d’une femme à l’autre :

  • Saignements plus ou moins abondants, 24h après la prise de mifépristone se poursuivant pendant quelques jours. Si les saignements persistent au-delà de 10 jours ou sont très abondants, vous devez consulter.
  • Douleurs pelviennes similaires à celles ressentis lors des règles mais occasionnellement intenses. Le médecin peut vous prescrire un anti-douleur pour alléger ce symptôme.
  • Fatigue, vertiges, vomissements, diarrhées

Le suivi post-avortement

Il est absolument nécessaire, 15 jours après l’avortement, de consulter pour confirmer l’arrêt de la grossesse et l’absence de complication telles qu’une infection. Votre médecin traitant se chargera de faire une prise de sang et d’effectuer une échographie afin d’analyser la situation.

IVG par aspiration

L’IVG par aspiration ou encore l’avortement chirurgical est pratiquée jusqu’à la 12e semaine de grossesse. Elle nécessite une brève hospitalisation de quelques heures pour une intervention d’une dizaine de minutes.

Le jour de l’avortement par aspiration, la patiente est conduite au bloc opératoire pour prendre des médicaments spécifiques, elle est ensuite placée sous anesthésie locale ou général. Le chirurgien introduit alors une sonde relié à un appareil aspirateur, dont le diamètre varie selon l’âge de la grossesse. C’est ainsi que le contenu de l’utérus est aspiré.

Les effets secondaires

On observe souvent des saignements peu abondants qui se poursuivent pendant une dizaine de jours en plus des douleurs, de nausées et d’une fièvre dépassant les 38°. Il existe des risques de complications d’un avortement par aspiration, comme la perforation de la paroi utérine ou la déchirure du col utérin, mais sont très rares.

Le suivi post-avortement

Une visite de contrôle est programmée dans un délai limite de 21 jours pour s’assurer de l’interruption de la grossesse, vérifiez l’état de santé de la patiente, mais aussi de faire le point sur la contraception.

Pour en lire plus sur la contraception découvrez notre articles sur les 10 moyens de contraceptions féminins.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Commentaires

0 commentsaire

Ecrit par: mourad

bienfaits huile d'olive bébé

L’huile d’olive pour bébé : des bienfaits extraordinaire

contractions de grossesse et d'accouchement

Les contractions de grossesse et d’accouchement